Erno Vadas ProcessionSamedi 10 novembre, 21 heures. Sandra Nkake se produit sur la scène de Saint-Quentin-en-Yvelines dans la salle de spectacle Le Prisme.

Sandra Nkake chanteuse franco-camerounaise se veut éclectique et sa musique circule entre pop rock et soul. Une voix au large spectre, une belle énergie, mais voilà... Sandra Nkake nous offre un petit discours entre deux chansons et s'étourdit au rythme des mots "liberté", "émancipation", et dénonce à tout va normes et préjugés. Toujours dans l'ivresse de sa logorrhée, elle nous sert sa soupe, son prêt-à-penser, qui s'articule autour de (je cite) : "nous sommes un", "nous appartenons tous au même genre", nous formons un grand Tout avec les animaux, les plantes..."

Putain, non ! Je ne suis pas une plante ! Je ne suis pas un légume ! Je ne fais pas partie du grand Tout. Je me distingue de Sandra Nkake. Je m'en distingue et je le revendique ! Vivent nos différences ! Je ne suis pas semblable aux autres. Si j'appartiens malheureusement au même genre humain que Karl Lagerfeld, Jean-François Copé, Marine Le Pen, Johnny Hallyday, Margaret Thatcher, Georges Bush (père & fils), Nicolas Anelka - pour ne citer que les vivants et les premiers qui me viennent à l'esprit - donc, si j'appartiens bien à ce genre humain-là, tous mes comportements, mes pratiques, mes orientations, mes préférences me différencient, je l'espère, de ses sacs de viande.

Alors, chère Sandra Nkake, chantez, dansez, mais pitié ! n'essayez pas de me dissoudre dans le néant de votre pensée inique où tout se vaut, de la vache aux brins d'herbe qu'elle broute...

Quand, vous chanteurs, allez-vous comprendre que, nous, pauvres pouilleux, n'attendons pas de vous que vous nous montriez la voie à prendre, que vous nous donniez le sens de nos misérables vies (alors que vous, hein...) ? Que pour cela, nous sommes capables de prendre des chemins de connaissance un peu plus consistants et solides que vos clés de Sol et que pour cela nous sommes capables de nous plonger dans les études, la lecture, etc. pour satisfaire ce besoin-là.  Occupez-vous de nous ravir les sens, creusez le ciel ! Ce que vous, chanteurs, ne savez pas assez souvent faire... Et, surtout, foutez-nous la paix avec vos propos New Age en papillottes !